Accueil > Etudes et statistiques > Etudes > Emploi et politiques de l’emploi > L’activité partielle mobilisée durant la crise du Covid : bilan de mars à (...)

L’activité partielle mobilisée durant la crise du Covid : bilan de mars à décembre 2020

| Publié le 30 juin 2021 | Dernière mise à jour le 26 juillet 2021
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Entre mars et décembre 2020, 10 035 demandes d’activité partielle ont été validées et 26,5 millions d’heures ont été autorisées. 8 178 établissements ont eu recours au chômage partiel en 2020 pour faire face à la crise sanitaire due au Covid-19. 80 % des établissements de Guadeloupe employant au moins un salarié dans le secteur privé ont ainsi été concernés. 57 458 salariés ont bénéficié d’une autorisation d’activité partielle (17 176 en équivalents temps plein). Parmi eux, 41 478 ont été finalement indemnisés d’au moins une heure non travaillée, soit 54 % des salariés de Guadeloupe du secteur privé. Sur cette période, 10,6 millions d’heures chômées ont été validées, ce qui représente 6 900 équivalents temps plein (ETP). L’Etat a déboursé 101 millions d’euros pour payer ces heures chômées de mars à décembre 2020.

Le recours à l’activité partielle est très marqué dans certains secteurs d’activité. Le commerce et la réparation d’automobiles et motocycles, les activités de services administratifs et de soutien (services aux entreprises), l’hébergement et la restauration, la construction ainsi que les transports et l’entreposage représentent les deux tiers des salariés en activité partielle. Pour les indemnisées, le secteur de l’hébergement et la restauration est le secteur ayant le plus solllicité l’activité partielle suivi du commerce et la réparation d’automobiles, la construction et les services aux entreprises.

--

Accessibilité | Données personnelles et cookies | Légifrance | Mentions légales | Services Publics