Accueil > Etudes et statistiques > Etudes > Emploi et politiques de l’emploi > Les tensions sur le marché du travail en Guadeloupe en 2019

Les tensions sur le marché du travail en Guadeloupe en 2019

| Publié le 11 décembre 2020 | Dernière mise à jour le 27 janvier 2021
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

En 2018 et 2019, les tensions sur le marché du travail sont un peu plus fortes en Guadeloupe que celles observées les quatre années antérieures. Il n’y a cependant pas à proprement parler de marché du travail en forte tension au niveau macro-économique en Guadeloupe. Ce n’est pas le cas dans d’autres territoires et au niveau national où la progression de la tension est forte entre 2015 et 2019, associée à des besoins croissants de recrutement ou à une main-d’œuvre diminuant. Malgré une main-d’œuvre toujours abondante en Guadeloupe, certains secteurs sont néanmoins légèrement tendus en 2019, le bâtiment, et l’industrie notamment. Dans ces deux domaines d’activité, les tensions peuvent être plus marquées pour les ouvriers qualifiés et non qualifiés et les techniciens.

Tous secteurs confondus, les inadéquations de nature quantitative sont assez peu fréquentes. Les tensions les plus intenses sont d’abord qualitatives en Guadeloupe, faute de compétences adéquates, ce qui nécessite de développer les mesures d’adaptation des compétences auprès des employeurs notamment à travers les formations. Dans les services, les situations varient aussi d’un métier à l’autre. Si pour les ingénieurs et cadres d’étude, les tensions résultent d’un déficit de main-d’œuvre lié à la formation, elles tiennent plutôt pour d’autres métiers aux conditions de travail offertes.

--

Accessibilité | Données personnelles et cookies | Légifrance | Mentions légales | Services Publics